Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/03/2009

DIMANCHE 22 MARS 2009

A 13H00 l equipe reserve reçevait en ouverture celle de Ribaute les Tavernes
Le debut de match volontaire etait symbolisé par le vaillant Thomas De Matteis qui se créait la premier occasion d'entrée de jeu en reprenant un corner mal dégagé d'un retourné qui finissait sur la barre transversale.
4 minutes plus tard Kevin Potin debordait coté droit et ponctuait sa course d'un tir que le dernier defenseur déviait en corner.
Sur celui ci,Jeremie Millot,excellent ce dimanche,etait monté mettre sa tête pour un ballon qui était sorti sur la ligne par un defenseur alors que le gardien etait battu.
Les joueurs de Ribaute n etaient pas en reste et il fallait un excellent tacle de Benoit Yung,qu'on est heureux de voir debarassé de ses pepins de santé,pour empecher l'attaquant adverse de se presenter seul face à Sebastien Allegre.
Dés la 8eme minute d'un jeu riche en actions,c'est à nouveau Thomas De Matteis qui prenait sa chance,mais son tir finissait à coté des buts.
Thomas décidémment trés actif en ce début de rencontre venait faire le ménage derriere en éloignant un ballon que convoitait l'ailier gauche ribautain.
Pourtant,trois minutes plus tard,ce sont bien les visiteurs qui ouvraient le score sur un coup du sort,ou plutôt,un coup de vent,qui rabattait le centre initial au fond des buts d'un Sebastien Allegre lobé par un adversaire invisible.
0-1 avant le quart d'heure de jeu mais il n y avait pas peril en la demeure au vu de l'envie affichée par nos cruscourois.
D'autant que Larbi Rami faisait parler la poudre en tirant un coup franc qui finissait de peu à coté des buts adverses malgré une distance de frappe relativement eloignée de la ligne de but.
Son compere d'attaque,nouvelle recrue de choix,Driss Attioui,y allait aussi de son tir puissant mais le score ne bougeait toujours pas.
Sur une contre attaque,les ribautains auraient même pu aggraver le score si Sebastien n'avait eu la bonne idée de sortir le grand jeu;Coup sur coup il deviait en corner une bonne frappe de l avant centre,puis en l'espace de quatre minutes endiguait deux fois une tête à bout portant,action copie conforme l'une de l'autre.
A la 26eme minute,Thomas De Matteis ayant beaucoup donné,etait remplacé par Xavier Del Pillar et Driss Attioui par Jean Luc Jeandel.
On allait donc tenter de soigner la récuperation du ballon pour profiter de la vélocité de Larbi et Kevin.
Le coup d'essai faillit être un coup de maître lorsque ce dernier était lancé par l'omnipresent Jeremy Missiak;Kevin se défaisait de son defenseur et plaçait un bon tir que stoppait cependant le gardien adverse.
Cinq minutes plus tard,Driss faisait à nouveau son entrée et aussitôt sur le terrain,décochait une belle frappe sur laquele le gardien se couchait encore une fois excellement.
On allait arriver à la mi-temps lorsque sur un centre repoussé par Sebastien au point de penalty,le n°11 ribautain reprenait sans autre opposition que celle du gardien cruscourois qui se jetait dans ses pieds en desespoir de cause.
0-2 juste avant la mi-temps et un changement nécessaire,suite à la blessure à l'avant bras droit de notre pauvre Seb.

La mi-temps donnait l'occasion à Arnaud de remettre tout le monde à sa place sur le terrain et sur le banc et de rappeler chacun à ses devoirs.
La premiere periode avait cependant été plutôt bonne de la part des cruscourois et il y avait donc matiere à esperer.
Et l'espoir c'est Jeremie Millot qui l'initiait sur une montée pleine de determination,il fixait deux defenseurs dans l'axe pour donner idéalement un ballon entre les deux à Driss Attioui qui catapultait le ballon au fond des filets pour la réduction du score.
Jeremy Missiak y allait egalement de sa frappe mais le gardien adverse etait décidémént dans un trés bon jour et sortait à nouveau le ballon en corner.
Une main dans la surface etait signalée et c'est un Kevin Potin determiné qui s'emparait du ballon pour aller tirer le penalty.
Hélas,un manque de puissance ajouté à la bonne anticipation du gardien de Ribaute ne permettait pas aux cruscouroi de revenir à hauteur de leur adversaire du jour.
Jeremie Millot,remonté d'un cran,continuait à prêter main forte à ses milieux et attaquants avec efficacité et il s'en fallait d'un rien qu'il ne propulse de la tête un centre fuyant au fond des filets.
Sur un contre,le gardien improvisé,Jonathan Rodes,faisait preuve de fermeté quand sur un cafouilllage dans la surface de réparation ,il s'imposait dans une forêt de pieds,evitant ainsi une défaite plus lourde et plus immeritée encore;
Score final 1-2 et quelques regrets malgré l'envie affichée.
Dimanche 29 Mars,difficilement deplacement à Sumene,à 13H00,avec la presence d'un arbitre officiel pour l'occasion.

resultats de la journee:http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/championnat_resultat.php?sa_no=2008&cp_no=160373&ph_no=1&gp_no=2



classement:http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/championnat_classement.php?sa_no=2008&cp_no=160373&ph_no=1&gp_no=2



la prochaine journee: http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...






A quinze heures l équipe première recevait son homologue de Chusclan dans un match qu’il était vital de gagner.
Devant Yannick, la défense de la semaine précédente était reconduite et ce sont donc Stéphane Lorieux et Romain Pages qui tenaient les couloirs de l’axe Fred Rouviere/Valentin Capeau.
En l’absence de Thomas Bonillo, Olivier Savanier faisait équipe avec Patrice Lignon à la récupération tandis que les cotés du milieu de terrain étaient occupés par Patrick Amblard et Sylvain Botella. Joël, comme à son habitude positionné dans l’axe avait la charge de mener le jeu.
Devant, Guillaume D’Amato allait avoir la lourde tâche de mener la vie dure à la défense Chusclannaise.
Sur le banc, Yoan Poudevigne allait jouer le joker de luxe aux cotés de l’invité de dernière minute, Jonathan Reynaud, dit « Le Pec ».

Le début de match était plutôt rassurant pour le coach cruscourois et les supporters présents autour du stade : Les latéraux étaient solides à l’image d’un Romain Pages sérieux dés la première minute et mordant comme un pitbull (avis à ceux qui voudraient faire usage de sa bouche à l’insu de son plein grés).
Les premières occasions étaient cruscouroises et successivement, Patrick Amblard et Guillaume D‘Amato mettaient à contribution le gardien adverse sans toutefois tromper sa vigilance.
Dans l’entrejeu, les levisseuses Patrice et Olivier, récupéraient nombre de ballons pour les rendre propres comme un sou neuf à Joël et Sylvain qui en faisaient le meilleur usage.
Le jeu court proposé par les violets était composé à la fois de technique et d’envie, qualités réunies depuis quelques matchs ; On espérait que cette fois ça allait payer.
Les quelques attaques qui échappaient à l’attention des chiens de garde du milieu de terrain étaient parfaitement contrôlées par un Valentin Capeau à la relance aussi sûre qu’intelligente ou par un Fred Rouviere dont le placement et le jeu de tête continuent à faire merveille malgré son grand age.
Les latéraux attachés à leurs attaquants comme des morpions à des vacanciers imprévoyants du Cap d’Agde, ne laissaient aucun travail à Yannick Gerevini…pardon : « à Maître Gerevini ».
Qu’on se le dise, Stéphane et Romain, c’est pas des pipes ! Enfin…Heu…Pardon, Romain, c’est pas ce que je voulais dire.
A la pointe de l’attaque, Guillaume était en train de rendre dingue une charnière centrale qui commençait à n’avoir de charnière plus que le nom…Puis vint ce moment merveilleux de grâce, d’habileté technique, de fluidité…Qui m’aurait dit qu’un jour, j’allais évoquer le jeu tout en puissance d’un joueur plus enclin à envoyer des missiles dans les lucarnes que de créer des figures de style dignes des plus grands ballets de danse russes.
Patrick Amblard….Oui, Patrick…Amblard…l’homme qui montre son sexe à une moitié de la planète et ses fesses à l’autre moitié…Patrick Amblard,enchaînait alors un double rateau comme même Romain n’en a jamais pris avec les femmes,pour récupérer un ballon dans les pieds adverses.
Puis un premier passement de jambes qui hypnotisait son défenseur, puis un second qui pulvérisait ce qui lui restait de velléités, et enfin une accélération qui finissait d’envoyer son adversaire à la renverse.
Bon…pour la frappe qui a suivi, on est revenu à du Patrick plus conventionnel mais quand même…
Tout ça pour dire qu’on était toujours à 0 à 0 et que, même si on ne s’ennuyait pas,on commençait à s’inquiéter d’une mauvaise tournure de la partie.
La mi-temps approchait (de la buvette) et Jean Luc commettait l’irréparable en absorbant une quantité importante d’une boisson à laquelle il n’était pas habitué car non alcoolisée.
(Bon rétablissement, vieux ! Et que ça ne t’empêche pas de venir traîner ta carcasse autour du stade)
Le Yoan Gourcuff de Cruviers avait fait son entrée peu de temps avant, lorsqu’il récupérait un ballon coté gauche.
Yoan Poudevigne puisque c’est de lui qu’il s’agit, transmettait parfaitement à D’Amagol qui enrhumait son défenseur en lui partant dans le dos, puis plaçait idéalement son ballon puisqu’au fond des buts et qu’un ballon bien placé est un ballon qui finit derrière la ligne de but.
1 à 0 sous les vivats de la foule et les protestations des visiteurs pensant à un hors jeu inexistant.
La pause se classait troisième d’une course qui la voyait finir juste après le but et la première mi-temps et un peu avant la deuxième mi-temps, ce qui, bien que plutôt commun, n’en est pas moins honorable.

La reprise allait donc se faire face au vent et le temps d’adaptation allait durer un bon quart d’heure,permettant à Maître Gerevini d’asseoir sa suprématie dans les buts cruscourois,le temps de deux frappes lointaines déviées efficacement sur puis au dessus de la barre transversale.
Ce ne seront là guère que les deux occasions les plus franches d’une équipe bien maîtrisée par le milieu de terrain du FCCLB.
La maîtrise,on ne pourra pas en dire autant du juge de touche adverse,qui signalait un hors jeu inexistant de Joël Gerevini,parti entre deux défenseurs chusclannais pour fusiller le gardien d’une frappe sèche dans le petit filet droit.
Puis Joël encore, de plus en plus en jambes, tentait une merveille de lob qui, si elle n’avait été interceptée…par le vent, aurait fini sa course sans aucun doute possible, au fond des filets.
Dans un choc certes involontaire mais réel, témoin la cheville bien gonflée de Joël, les violets perdaient leur meneur de jeu.
Olivier Savanier victime d’un coup à la pommette arborait un cocard digne des peintures d’un quater back de football américain et sortait épuisé par les kilomètres parcourus et chèrement défendus.
Le Pec faisait donc son entrée pour un baptême du feu sous forme de tacle par derrière à hauteur du poteau de corner .On craignait un peu que cela n’entame le moral du jeune cruscourois mais il démontra rapidement que sa volonté était sortie intacte de cette tentative d’intimidation du libéro chusclannais.
Le temps passait et un contre rapidement mené et conclu par un loupé au second poteau rappelait à chacun qu’il était urgent de se mettre à l’abri.
Depuis quelques matchs, quand il y a de l’orage, le parapluie s’appelle Sylvain Botella, et lorsque sur une des dernières actions de la partie le FCCLB obtenait un corner, on vit « Sylvain chaussures vertes » tel le Jésus du football s’élever au dessus de la foule et libérer le peuple cruscourois d’une tête pleine lucarne qui portait le score à 2 à 0 en faveur des locaux.
Le coach pouvait décompresser, Richard préparer le chéquier et Romain se brosser les dents, l’affaire était bien engagée désormais.
D’autant que dans un rush dont il a le secret Stéphane débordait coté droit et centrait parfaitement pour le Pec qui n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond des filets pour le 3 à 0.
Pec était poursuivi par tous ses coéquipiers qui finissaient par se jeter sur lui pour le porter en triomphe…Puis, Pec se réveillait et s’apercevait que le ballon avait fini sa course lamentablement à coté des buts.
Les buts avaient bien essayé de se déplacer à la rencontre de frappe de figue molle du Pec mais non…impossible.
2 à 0
Le match se terminait sur ce score plus que mérité pour les cruscourois qui devront aller confirmer les belles valeurs affichées dés ce week end à Tresques.

resultats de la derniere journee: http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...

classement:http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...



prochaine journee:http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/championnat_agenda.php?sa_no=2008&cp_no=160371&ph_no=1&gp_no=3


27/03/2009

DIMANCHE 29 MARS 2009

ATTENTION AU CHANGEMENT D HEURE
DIMANCHE IL FAUT AVANCER L HEURE
images.jpeg







DIMANCHE la reserve se deplace à Sumene
RDV à 11H00 au stade Jean Paveyranne
Match à 13H00

Convoqués:
Abouch Rachid
Bonello Christophe
De Matteis Thomas
Millot Jeremie
Missiak Jeremy
Potin Kevin
Rambier Patrick
Rami Larbi
Reynaud Jonathan
Rode Jonathan
Vautier Serge
Yung Benoit
Attioui Driss

Arbitre:mr Eugene Moulin


la premiere se deplace à Tresques
Rendez vous à 13H00 au stade pour depart à 13H15
Match à 15H00

Sebastien Allegre
Romain Pages
Stephane Lorieux
Valentin Capeau
Fred Rouviere
Patrice Lignon
Sylvain Botella
Olivier Savanier
Guillaume D'Amato
Patrick Amblard
Romain Fiore
Julien Garcia
Yoan Poudevigne

Arbitre: mr David Terme

20/03/2009

DIMANCHE 15 MARS 2009

Dimanche 15 Mars,l equipe premiere se deplaçait à Nîmes pour le compte de la 16eme journée.
L'adversaire du jour,la JS Chemin Bas reçevait sur les terrains de la Bastide,une equipe redevenue ponctuelle puisqu'à 13H15 l'integralité de l'effectif etait presente pour le traditionnel café d'avant match.

Les verts attaquaient la partie,avec un vent favorable,et une certaine solidité défensive à laquelle l'enorme travail de sape aux avants postes de Julien Garcia et Guillaume D'Amato n'etait pas etranger.
Comme les deux recuperateurs,Patrice et Thomas etaient presents aussi bien dans les airs qu'au sol pour des relances propres sur leurs acolytes Patrick et Sylvain,le debut de partie donnait peu d'inquietudes au banc cruscourois (c'est une expression car un banc à proprement parler n'a que peu d'inquietude...et puis en plus,y'avait pas de banc!
Derriere les éxpérimentés Yannick et Fred Rouviere,donnaient de la voix pour encourager les lateraux Stephane et Romain à ne pas desserrer leur marquage.Valentin Capeau,fidele à lui même,tenait son avant centre avec serieux et sérénité.
Bref,tout se passait pour le mieux d'autant que l'arbitre du jour sifflait le traditionnel penalty imaginaire,histoire de ne pas trop destabiliser les cruscourois.
Fred Rouviere,digne des plus grands specialistes d'effets speciaux de films d'epouvante,reussissait l'impeccable effet visuel de faire sortir une main de l'interieur de sa cuisse pour intercepter le ballon qui provoquait donc un penalty aussi justifié qu'une victoire de la musique à Diam's.
Le penalty fantôme etait donc transformé du premier coup par l'attaquant nimois,qui savait de toutes façons qu'il aurait droit de le retirer jusqu'à ce qu'il marque.
1 à 0 pour les nimois
Mais le cruscourois a la peau dure et sous l'impulsion d'un Patrick Amblard et d'un Sylvain Botella omnipresents,les verts revenaient doucement mais sûrement investir le camp adverse.Julien Garcia et Guillaume D'Amato donnaient le tournis aux lateraux nimois et c'est Guillaume qui allumait le premier petard sur une frappe qui passait de peu au dessus de la barre transversale.
Puis,de l'autre coté,Julien Garcia prenait de vitesse la defense adverse mais n'arrivait pas à redresser suffisament sa frappe pour inquieter le gardien de la JSCB.
Les verts avaient maintenant la maîtrise du jeu et sur un pressing de plus de Guillaume D'Amhoareau ils obtenaient un corner parfaitement déposé sur la tête de Sylvain Botella qui battait ainsi pour la deuxieme fois en deux matchs le gardien adverse.Le serial buteur aux chaussures vertes a une tête et il s'en sert aussi (qui a dit "uniquement" ?) pour marquer des buts.
1 à 1
Patrick Amblard frappait quelques coups francs ,Fred Rouviere s'y essayait egalement mais sans succés.
Peu avant la mi-temps,Patrick Amblard prenait le ballon et annonçait la couleur à Richard:"deuxieme poteau".
Richard commençait à calculer la distance qui séparait le terrain de football du terrain de rugby,les grands meres fermaient les volets de leur maison pourtant à 1758 metres du poteau de corner,les meres de famille rentraient leurs enfants dans les voitures et les voitures dans des abris anti-atomiques aménagés à cette occasion sous les terrains de la Bastide.
Puis venait le moment de l'exlposion nucléaire:Le ballon partait comme un suppositoire sur une patinoire,puis penetrait dans la lucarne opposée comme un pébron entre dans un bar au sahara.
1 à 2
C'etait l'euphorie dans le camp cruscourois,(le faux riz dans le camp tonnais) et on sentait un debut d'agacement dans l'equipe adverse.
La mi-temps allait être sifflée mais Fred Rouviere avait encore une superbe occasion d'aggraver le score sur ce ballon frappé du milieu de terrain qui lobait le gardien de beaucoup et la barre transversale de peu et qui manquait provoquer une emeute audible jusque dans la bande de gaza.
En effet,Fred,rien n'interdit un joueur de rendre un ballon à l'adversaire au fond de ses filets.L'essentiel etant de le rendre.
Resultat à la mi-temps,2 à 1 en faveur de nos couleurs,avantage qui ne s'etait plus produit depuis..le match aller contre cette même equipe.

Olivier Savanier entré en milieu de premiere mi-temps etait le premier à se remettre en jambes et le long de la ligne de touche mettait dans le vent,un adversaire,puis deux,et trois....zero suite à ce tacle au niveau du bassin que Mr Yanapa Onsenbranl ne pouvait que siffler.
Helas,le vent désormais défavorable rendait la partie plus difficile et les nimois egalisaient assez rapidement à 2 à 2 avant que Yannick Gerevini n'intervienne coup sur coup sur deux frappes à bout portant pour ecarter avec autorité et classe le danger.
La difficulté liée au vent et à un pressing plus haut de l adversaire devenait de plus en plus difficle à endiguer.
Devant les entrées de Kevin et Larbi ne leur permettait guere de s'exprimer face à une defense d'autant plus rugueuse que l'arbitre ne sifflait plus les fautes commises ou mieux,les sifflait contre ceux qui les subissaient,témoin,la petite centaine de fautes sifflées contre Patrick qui se trouvait toujours là où traînait un pied ou un bras nimois.
Puis vint ce qui pouvait être plus qu'un tournant du match: un tournant de l'Histoire des gardiens de but.
Yannick sortait la parade du siecle,celle dont ne parleront jamais l'Equipe ou le Midi Libre mais qui restera dans la mémoire de ceux qui l'ont vécue ou simplement vue,et qui la raconteront,plus tard,à leur petits enfants,au coin d'une cheminée virtuelle.
Une de ces parades qui releguent les parades de Gordon Banks ou Lev Yachine au rang de la parade des dessins animés.
Inracontable tant les mots seraient vains,insipides,inéquivoques,ternes...
Certains envisagent même de faire floquer des tee-shirts avec cette inscription sobre mais ô combien explicite: "J'y etais!"
Connerie du football,dix minutes aprés cet evenement que nous envient même les martiens,l'ailier gauche nimois pivotait pour un centre qui finissait,habilement poussé par le vent,injuste adversaire,au fond des filets de celui que désormais Fabien Barthez appelera Maître lorsqu'il le croisera.
3 à 2.
Guillaume aura bien une derniere demi occasion sur un ballon en profondeur mais rien ne permettra aux joueurs du FCCLB d'inverser le mauvais sort.
Bon match d'ensemble d'une equipe vaillante,solidaire et souvent bien inspirée à qui il n'aura manqué que de tuer le match en premiere mi-temps pour esperer mieux.

Les resultats de la journée:http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...

Le classement:http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...

La prochaine journée:http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/championnat_agenda.php?sa_no=2008&cp_no=160371&ph_no=1&gp_no=3


la derniere journée de promotion de seconde division Groupe B:http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...

Classement:http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...

La prochaine journée:http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...

DIMANCHE 22 MARS 2009

Dimanche 22 Mars 2009
rendez vous à 12H00 au stade Jean Paveyranne
Pour l equipe reserve qui rencontrera à 13H00
l equipe de Ribaute les Tavernes

convoqués:
Rachid Abouch
Sebastien Allegre
Christophe Bonello
Xavier Del Pillar
Thomas De Matteis
Jeremy Missiak
Larbi Rami
Jonathan Reynaud
Jonathan Rodes
Serge Vautier
Driss Attioui
Benoit Yung
Jeremie Millot


L'equipe premiere reçoit sur ce même terrain l'equipe de Chusclan
Rendez vous à 13H45 au stad Jean Paveyranne
Match à 15H00
arbitres: Mrs Yann Avéhun et Yann Applu (Message à l'attention de Romain Pages et Sylvain Botella:attention,il y a une astuce!)

Yannick Gerevini
Stephane Lorieux
Romain Pages
Valentin Capeau
Fred Rouviere
Patrice Lignon
Sylvain Botella
Olivier Savanier
Guillaume D'Amato
Joel Gerevini
Patrick Amblard
Kevin Potin
Yoan Poudevigne

13/03/2009

Dimanche 15 Mars 2009

Dimanche 15 Mars 2009
à 15H00 Match contre la JS Chemin Bas
à Nîmes sur le terrain n° 8 de la Bastide

arbitre: Yanapa Onsanbranl

convoqués à 13H15 au stade Jean Paveyranne
Pour un depart à 13H30

Yannick Gerevini
Romain Pages
Stephane Lorieux
Sylvain Botella
Fred Rouviere
Patrice Lignon
Kevin Potin
Thomas Bonillo
Guillaume D'Amato
Julien Garcia
Patrick Amblard
Larbi Rami
Olivier Savanier
Romain Fiore

09/03/2009

DIMANCHE 8 MARS 2009

On dit du mois de Mars qu’il est le mois des fous essentiellement en raison de l’incroyable rapidité avec lequel le temps peut varier.
C’est une constatation qui se vérifie avec d’autant plus de vigueur lorsqu’on se situe à la porte des Cévennes.
En ce dimanche 8 Mars, journée de la femme (qui elle aussi change avec une incroyable rapidité), c’est une équipe concentrée, ponctuelle et motivée qui se présente au stade Jean Paveyranne avec la ferme intention, voire conviction, de s’imposer.
La rencontre se présentait donc sont les meilleurs auspices (la semaine dernière, en réserve c’était les meilleurs hospices) quand, sitôt la rencontre démarrée le mauvais temps donnait son premier coup de tonnerre.
Une attaque coté gauche permettait aux peyrolais d’enchaîner trois passes dans la profondeur avant de centrer pour le numéro 10 qui,de prés,pouvait battre un Yannick quelque peu abandonné pour l’ouverture du score après guère plus de 5mn de jeu.
Il n’en fallait guère plus aux visiteurs pour doubler la mise sur une action quasiment identique qui se terminait cette fois par une tête au second poteau que tentait vainement de sortir Yannick au prix d’un effort impossible.
0-2 après dix minutes de jeu, c’était, hélas, le tarif habituel d’une équipe qui n’arrive inexplicablement pas à débuter ses matchs.
La tempête continuait quand 10 mn plus tard l’ailier droit venait punir une équipe totalement amorphe et incapable de créer le moindre début de mouvement de jeu pour un 0-3 malheureusement logique.
Coté droit Kevin Potin réussissait un débordement ponctué d’un centre que le stoppeur adverse manquait de peu de transformer en but contre son camp. Mais quand ça ne veut pas…
Comme rien ne marchait, les quelques coups francs obtenus étaient mal joués, le marquage était trop lâche et l’engagement absent ; Bref, on sentait le cataclysme proche.
La fin du monde arrivait avant la mi-temps avec un quatrième but auquel les Peyrolais eux même ne semblaient pas croire tant le scénario semblait irréel.
0-4 !!
L’arbitre sifflait donc la pause sur ce score ahurissant, et le coach faisait, lui, siffler les oreilles de ses joueurs plus sous le coup de la déception que de la colère.
Parole entendue ou plus sûrement prise de conscience de chacun, les cruscourois reprenaient le match avec de toutes autres intentions.
Au milieu Sylvain Botella et Olivier Savanier récupéraient tous les ballons qui passaient à portée.
Le pressing des attaquants, sous l’impulsion de Guillaume D’Amato, auteur d’une rentrée tonique, était plus efficace.
Les milieux relayeurs, Joël Gerevini et Julien Garcia jouaient plus haut et s’imposaient dans les duels.
Quant à la défense,bien en place et appliquée,elle n’était plus beaucoup inquiétée et Yannick avait tout le loisir de se concentrer sur la double sortie héroïque qu’il allait devoir effectuer en fin de partie.
La construction était parfois encore un peu brouillonne mais on cessait de balancer de grands ballons devant pour jouer en passes courtes, jeu dans lequel les cruscourois sont les plus efficaces.
Kevin Potin prenait une fois de plus le meilleur sur ses adversaires et malgré deux grosses fautes sur lui,restait debout,pour une frappe aux buts captée toutefois sans difficulté par le gardien.
Et c’est Sylvain Botella qui étrennait ses chaussures au GPL, 100% écolos, par la réduction du score à 1-4.
Il restait encore 34 minutes à jouer et même si tout restait possible, rien ne laissait présager de la suite de la partie.
Thomas Bonillo, auteur d’un gros match physique rendait sa place à un Romain Pagés à l’image de ses équipiers, parfaitement re-rentré dans la partie.
Yoan Poudevigne sortait bêtement bléssé,sans trop de gravité,on espere.
A la demi-heure de jeu, M.Fabien Moureau, revenait étrangement à une première faute qui avait précédé un fauchage dans la surface sur Romain Fiore (encore trés bon ce dimanche) qui valait bien un penalty.
Ce sera , l’une des rares fautes d’un arbitre particulièrement inspiré tout au long de cette partie.
Le coup franc ne donnait rien mais les violets restaient les yeux rivés sur l’objectif.
Cet objectif, ils allaient s’en rapprocher quand Fabien Deleuze, monté aux avant postes, ne laissait pas traîner longtemps un ballon qui naviguait devant la ligne de but adverse.
D’une frappe à bout portant, le capitaine ramenait le score à 2-4 à 17 minutes de la fin.
Le vent de la révolte soufflait de plus en plus fort sur les nuages cruscourois et il semblait qu’une éclaircie improbable faisait son trou.
Et ce n’est pas ce coup de foudre entre Fabien et un défenseur adverse qui valut aux deux joueurs d’aller prendre une douche (froide) plus tôt que les autres,qui allait annihiler le retour du soleil violet.(oui,je sais…ce sont les méfaits de l’ivresse sûrement).
Sylvain Botella montrait qu’il savait aussi se servir de sa tête sur un ballon repris au second poteau qui lobait idéalement le gardien visiteur, battu pour la troisième fois.
3-4 et l’incroyable retour semblait désormais accessible, voir, inéluctable, tant la motivation des violets était palpable. (Je rappelle toutefois qu’il est interdit de se palper la motivation en public).
Sur un long dégagement du gardien Peyrolais, Stéphane auteur d'une bonne deuxième mi-temps également était rappelé à l‘ordre par Yannick, le soupçonnant injustement d’avoir été payé pour dégager des ballons de la tête dans le mauvais sens (hé ! Yann ! Steph, il ne fait pas 1,80 m…).
La défense était désormais menée par l’efficace et discret Valentin Capeau, secondé le cas échéant par l’énormissime et tout aussi discret Olivier Savanier.
Mais c’est Yannick Gerevini qui, on l’a évoqué, allait être doublement parfait dans deux sorties, coup sur coup, dans les pieds des attaquants Peyrolais.
Le gardien cruscourois coupait court à l’une des rares occasions de buts des adversaires du jour et montrait que les violets n’allaient rien lâcher.
La preuve avec la nouvelle entrée en jeu de Julien Garcia enfin payé des efforts fournis depuis le début de la saison .Celui-ci, récupérait un ballon qui tardait à sortir de la surface peyrolaise pour parfaitement lober le gardien, Guillaume D’Amato achevant pour plus de certitude de pousser le ballon au-delà de la ligne de but.
4-4, le miracle avait eu lieu une première fois et la position en arc de cercle de huit « chiens
de guerre » face à l’os peyrolais sur l’engagement qui suivait laissait espérer le miracle suprême, celui qu’on ne trouve que dans les magasins de luxe,et encore,uniquement sur présentation de la carte bleue « made in Lourdes ».
Mais il était dit que les cruscourois allaient avaler la grenouille quand,sur un long ballon entre deux défenseurs,les visiteurs tuaient les belles illusions cruscouroises d’un tir foireux mais au fond. 4-5,score tristement final.

En définitive, comptablement parlant et au vu de la physionomie de la rencontre, l’équipe ne perd qu’un point puisqu’à 0-4 après 45mn, il était insensé d’espérer prendre plus d’un point.
Le but de la fin de saison est à l’image de ce match : Une mission impossible dont il faudra « simplement » changer la fin et la présence de joueurs non retenus pour ce match comme Patrice Lignon, Patrick Amblard, Jeremy Missiak ou encore Fred Rouviere (et d’autres éventuellement que je m’excuse de n’avoir pas vu) est le signe que le club est en train de retrouver cette unité dont il a besoin pour s’en sortir.

Ce que je retiendrai de ce match c'est, malgré l’absence totale de première mi-temps, la grosse, l’énorme faculté à se surpasser pour aller chercher quelque chose que la très grande majorité aurait cessé d’aller chercher depuis très longtemps.
C’est, peut être, aussi, ce qui fera la différence avec ceux que nous allons pourchasser ; Qu’ils se disent bien que nous ne sommes pas morts et qu’on ne lâchera pas le morceau tant qu’il restera une seconde de jeu dans ce championnat.

Les résultats de la journée,avec au passage,la défaite 3 à 1 de notre prochain adversaire,la JS Chemin Bas face à une équipe de St Alexandre contre qui nous avions fait 2 à 2.
http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...



Le classement du championnat de promotion de première division, groupe C :http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...


La prochaine journée :http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/championnat_agenda.php?sa_no=2008&cp_no=160371&ph_no=1&gp_no=3


Les résultats de la journée de promotion de seconde division,groupe B :http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...


Le classement :http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...


La prochaine journée :http://gard-lozere.fff.fr/competitions/php/championnat/ch...

07/03/2009

DIMANCHE 1er MARS 2009

Dimanche l’équipe réserve recevait sa voisine de St Chaptes à 13H00 dans une composition pour le moins inédite et à la moyenne d’age la plus élevée depuis le début de la saison puisque de 31 ans et quatre mois.

Le début de rencontre était plutôt équilibré et la défense cruscouroise toujours bien menée par son capitaine Fred Rouviere, ne connaissait guère de difficultés.
Le milieu de terrain renforcé pour l’occasion par les expérimentés Yoan Poudevigne et Patrick Amblard, faisait un gros travail de récupération par l’intermédiaire des infatigables Jeremy Missiak et Xavier Del Pillar et même si les occasions étaient rares pour les attaquants de se mettre en évidence, c’est Hugues Reboul qui avait la première véritable occasion d’ouvrir le score.
Puis c’est Patrick Amblard qui frappait aux barres, imité une minute plus tard par Jeremy Missiak, sans réussite dans les deux cas.
En face, le meneur de jeu essayait bien de mettre de l’ordre dans le jeu de son équipe mais Christophe Bonello et Serge Vautier sur les cotés faisaient bonne garde et Fred Rouviere dans l’axe était impérial.
Et quand ça passait comme sur ce hors jeu plus que flagrant, Sébastien Allègre se jetait au devant de l’attaquant adverse pour éloigner avec autorité le danger des buts cruscourois.
C’est donc un match équilibré que proposaient les deux équipes et qui n’attendait qu’un déclic pour mettre le compteur buts en marche.
Le déclic, c’est un coaching gagnant d’Arnaud Bestel, le couteau suisse du club,celui qui dirige son équipe sur la bonne voie comme vers la buvette,celui qui trace le terrain mais aussi le chemin de la victoire,sorte de Grand Timonier de la réserve.
Le coaching ? Remplacer un type de 30 ans reconnu comme le renard des surfaces par un pré retraité de 40 ans avec une jambe quasiment en plastique et l’autre presque en bois.

Oui, ce joueur dont je parle comme d’une vieille gloire remisée et qui va me licencier sur le champ n‘est autre que le président (Oui, Richard pas Sarkozy qui lui, n’a pas pris sa licence cette saison) qui, tel le Phoenix (pas celui des maisons,celui de la mythologie Grecque) renaissant toujours de ses cendres,surgissait de son banc pour,seulement quelques instants après son entrée,filer dans le dos des défenseurs pour aller crucifier le gardien d’un ballon parfaitement placé.
1 à 0 peu de temps avant la mi-temps, c’était parfait et l’équipe de coach Bestel pouvait regagner les vestiaires avec satisfaction bien que consciente que le plus dur restait à faire.

Le retour des vestiaires ne laissait guère le temps de savourer puisque sur l’une de ses premières actions l’équipe de St Chaptes égalisait sur un ballon perdu coté gauche.
1 à 1
Puis rapidement 2 à 1 sur un penalty généreusement accordé par l‘arbitre sur cette main plus qu’involontaire de Christophe Bonello dans la surface le ballon allant à la main sans qu’il n’y ait le moindre mouvement de la part du défenseur cruscourois.

Mais il en fallait plus que ça pour abattre une équipe courageuse et qui faisait plutôt bien circuler le ballon au milieu de terrain par le Quatuor Jeremy/Yoan/Xavier/Patrick.
Ce dernier obtenant un coup franc à une trentaine de mètres des buts se chargeait de le tirer et d’une lourde frappe à ras de sol, de ramener les deux équipes à égalité.
2 à 2

Le match était serré mais c’est à nouveau sur un ballon bêtement perdu coté gauche que les joueurs de St Chaptes allaient reprendre l’avantage et cette fois, définitivement.
L’habile meneur de jeu jouait rapidement un contre en trois contre deux, changeait de coté pour son attaquant de poche coté gauche, et celui-ci glissait le ballon sous le ventre de Sébastien pour le 2 à 3.

Richard entrait à nouveau en jeu pour tenter d’inverser l’inéluctable issue du match mais malgré quelques déviations bien senties, les cruscourois n’allaient plus trouver le but adverse.
Au contraire sur un enieme contre parti du milieu de terrain, le libero d’occasion était trop court de la tête et ne pouvait empêcher le ballon de parvenir à ailier adverse qui enfonçait le clou et donnait un avantage de deux buts aux visiteurs.
2 à 4

Le cinquième but était marqué sur un nouveau contre et un placement hasardeux de Christophe Arnaud qui donnait trop de champ à son adversaire pour lui éviter d’aller battre son gardien une dernière fois.
2 à 5

Deux corners successifs ne permettaient pas à Richard puis Christophe de réduire la marque et le score en restait là.
Une analyse objective étant délicate du point de vue ou je me situais je laisserai Arnaud,s’il le veut bien,faire état de son avis sur ce match ,même si je pense que ceux qui étaient là ont joué le jeu avec leurs qualités et défauts,mais sans tricher.

A 15H00 le cirque Barnum ayant installé son chapiteau sur le terrain, le match n’a pas pu avoir lieu, un clown ayant monopolisé l’essentiel de l’espace par ses gesticulations et décisions incohérentes et insensées.
Je retiendrai toutefois que les joueurs ont TOUS sans exception joué au ballon en essayant de le faire le plus proprement possible et y ont mis l’engagement nécessaire à l’obtention du but fixé pour la fin de saison : le maintien.
Mars étant le mois des fous parait-il, il était donc impossible d’espérer quoi que ce soit dans les conditions les plus inimaginables que j’ai vu à ce jour.
Toujours est il que la fin de saison va être difficile, qu’il va y avoir des choix à faire A CHAQUE MATCH et que chacun devra gagner sa place pour le match suivant sans exception.
Il en va de l’avenir du club et même s’il est difficile pour moi (très difficile parfois) d’écarter certains joueurs, il ne peut y en avoir que quatorze sur la feuille de match et quatorze qui vont se démener pour sauver l’équipe de la relégation.
Je reste persuadé qu’on va y arriver mais il faudra que chacun se donne à 200%.
NOUS avons mis le club dans cette situation, NOUS allons l’en sortir.

Rendez vous dés ce dimanche 8 Mars 2009 au stade Jean Paveyranne à 15H00 pour la première des rencontres capitales qui vont jalonner cette fin de saison.

06/03/2009

DIMANCHE 8 MARS 2009

DIMANCHE 8 MARS 2009
MATCH A DOMICILE CONTRE ST JULIEN DE PEYROLAS A 15H00
RENDEZ VOUS AU STADE JEAN PAVEYRANNE A 13H45

Convoqués:
Yannick Gerevini
Stephane Lorieux
Romain Pages
Valentin Capeau
Fabien Deleuze
Olivier Savanier
Guillaume D'Amato
Thomas Bonillo
Romain Fiore
Sylvain Botella
Kevin Potin
Yoan Poudevigne
Joel Gerevini
Julien Garcia