Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/04/2008

DIMANCHE 20 AVRIL 2008

La première rencontre de l’après midi opposait les équipes réserve de Cruviers Lascours et de Canaules sous un ciel aussi clément que le pape du même nom (1264-1314).
D’entrée de jeu ce sont les canautiérois qui prenaient le jeu à leur compte sans toutefois réellement inquiéter Richard Paveyranne, gardien du jour.
Tout juste ce centre tir qui prenait la direction de la lucarne mais que Richard assurait d’une claquette en corner.
En bon patron, Fred Rouviere, montrait la voie à suivre en frappant idéalement un coup franc pour JC Gressart, qui, en pivot, plaçait un parfait intérieur du droit, pour l’ouverture du score.
1 à 0
Les visiteurs avaient à peine le temps d’esquisser un contre, efficacement avorté par son libéro, que le FCCLB doublait la mise.
Celui que nous envient les Italiens de la Juventus, les anglais de Manchester et les brésiliens de Boulogne, celui que les argentins surnomment « Hugogol », entrait en piste.
Une demi seconde pour calculer le carré de l’hypoténuse de la surface disponible entre la ligne de but et le gardien ainsi qu’un quart de seconde pour estimer la force contraire du vent, suffisaient largement à Hugues Reboul, pour saluer ses amis sur la touche, se recoiffer, manger un sandwich, boire une bière et, accessoirement, placer un lob qui condamnait le gardien à un an d’auto flagellation quotidienne.
2 à 0
On se dirigeait vers la mi-temps comme un alcoolique d’une buvette lorsque le meneur de jeu de Canaules débordait coté droit pour placer un centre repris à bout portant par le n°7 canautiérois malgré le marquage serré de Serge et Dorian.
2 à 1
Dommage mais pas totalement immérité pour les visiteurs du jour qui rentraient donc aux vestiaires avec un but de retard.

Le retour sur la pelouse se faisait sous un léger vent, doux, et marin comme le sculpteur du même nom (1759 – 1834). Ces instants de culture vous sont offerts par Wikipedia et La rousse (pas le dictionnaire, celle qui a de petits roberts).Après un petit quart d’heure (à peu prés quatorze minutes et cinquante cinq secondes) c’est celui qu’on appelle désormais « le Pec », qui mettait définitivement à l’abri son équipe, sur une tête consécutive à un travail de romain de Romain. (Non, ce n’est pas une répétition, c’est voulu).
3 à 1
Cette période de félicité allait continuer jusqu’à la fin de la rencontre et n’être que brièvement perturbée par une altercation entre le colossal numéro 10 canautiérois et JC (Jean Charles, pas Jésus Christ…il n’a pas voulu signer chez nous et on le comprend : jouer avec un romain ça ne l’enchantait pas forcément !).
Ce bref intermède passé, c’est Fred Rouviere qui, sur la pointe des pieds, pour ne pas réveiller son coach, montait aux avants postes, reprenait discrètement un ballon de volée, et plaçait sans un bruit celui-ci dans le petit filet.
Le goal canautiérois en restait muet, à la fois d’admiration et aussi par respect pour la micro sieste effectuée par Arnaud à ce moment là (18 secondes 57 centièmes).
4 à 1 (si, si, Arnaud, on te le jure !).
Enfin, et en récompense de ses efforts et malgré une cheville douloureuse, Gilles y allait aussi de son but, pour clore une rencontre disputée dans un bon esprit général.
5 à 1
Un match bien maîtrisé dans son ensemble,un coach satisfait (et reposé), un président comblé et aux ardeurs d’un gamin de vingt ans (les ardeurs,pas les genoux), ont fait de ce dimanche une journée positive en tous points pour l’équipe réserve du FCCLB.
Rendez vous désormais dans quinze jours pour un déplacement en terres aigremontoises.

Match importantissime pour la Première après les trois revers consécutifs qui ont vu les équipes luttant pour éviter la descente, se rapprocher.
Une victoire assurait le maintien, un match nul le rendait plus que probable.
Après le déluge de buts offert par la réserve en ouverture c’est un déluge tout court qui s’abattait sur le stade Jean Paveyranne.
Le vent, la pluie, on finissait par se demander si la neige n’allait pas finir par s’inviter.

La rencontre faillit commencer par un coup de tonnerre puisque sur le coup d’envoi, les canautiérois frappaient directement au but, le ballon finissant sa course au dessus de la transversale de Yannick, tranquille comme à l’accoutumée.
Luttant contre le vent puissant, la pluie battante, et des relents de boisson alcoolisée pour certains, les cruscourois tenaient le choc dans un premier temps, puis essayaient de poser leur jeu par la suite.
L’absence de nombreux titulaires habituels était parfaitement compensée par les joueurs présents et c’est sur une interception de Jeremy Mansard que Nicolas Deleuze se mettait en évidence en lançant parfaitement Julien Garcia pour la première occasion du FCCLB.

Du coté des presque voisins de Canaules, Ludovic Annen faisait des misères à ses anciens coéquipiers sur une montée coté droit suivie d’un enchaînement de dribbles et ponctué d’un centre au second poteau.
Des gouttes perlaient sur le front du coach et ce n’était pas dû à la pluie qui pourtant avait redoublé.
Un autre qui avait redoublé, mais d’efforts, c’est Thomas Bonillo, qui s’affirme comme un futur patron du milieu de terrain.
Sous le regard protecteur (du genre, « pourvu qu’il ne se blesse pas, je serais obligé de rentrer ») de son mentor Patrice Lignon, Thomas récupérait un ballon (un de plus) dans les pieds du meneur canautiérois, et le transmettait à Sylvain Botella, dont la passe manquait d’un brin d’herbe de trouver Mathieu, idéalement placé.

Les visiteurs s’illustraient à nouveau par leur libéro sur une montée que tentaient pourtant d’enrayer Sylvain, Peppone, puis Jeremy, mais son centre ne trouvait que la ligne de touche opposée.
Les duels étaient propres et nombreux, le match agréable et indécis, à la différence du temps limite cauchemardesque et qui lui, était parfaitement décidé.
Décidé, Julien Garcia, l’etait également aux avants postes, se battant avec une énorme volonté et faisant preuve qui plus est, d’une excellente technique, comme sur ce double râteau que n’auraient pas renié Zinedine Zidane et Nicolas le jardinier.
Les joueurs de Canaules continuaient à exploiter le moindre espace et il fallait toute la volonté conjuguée de Stéphane et de Yannick pour éviter à l’équipe de prendre l’eau ; Le très bon avant centre canautiérois, par ailleurs excellemment pris par Jérémie Millot, avait failli profiter d’un ballon très proprement relancé par Ludovic Anen…que beaucoup souhaiteraient voir recomposer un duo cruscourois avec son compère Pourcher.
On regagnait donc les vestiaires sous une pluie, fine comme une blague de Patrick Amblard (bon rétablissement) et sur le score de 0 à 0.

Le retour des vestiaires changeait la donne puisque le vent soufflant enfin favorablement, allait pousser nos joueurs à envahir la moitié de terrain adverse.
Pourtant, dans un match proche du scénario de la rencontre jouée face à Sommières, le FCCLB encaissait un but, plutôt contre le cours du jeu.
La montée du libero canautiérois devant cette fois s’avérer décisive, un tacle un peu court, une hésitation ayant suffi à l‘expérimenté patron de la défense adverse à se muer en buteur pas muet (désolé pour cette blague mais je ne l’avais pas payé cher et personne n’en voulait, alors je la solde ici et on n’en parle plus).
0 à 1, après un quart d’heure de jeu en deuxième mi-temps, il allait donc falloir pousser comme des constipés pour revenir au score.
Stéphane Lorieux reprenait un ballon mal dégagé par la défense adverse mais sa course finissait à coté des buts.

Nicolas Deleuze frappait un coup franc à quelques centimètres au dessus des barres (aux environs de 853 cm pour être un peu plus précis).

C’est Joël Gerevini qui s’essayait à son tour à l’exercice et qui parvenait à placer son ballon en pleine lucarne…des buts du terrain d’entraînement.
Hein ? Quoi ?!!
Haaaaaa !!Nooooon….Pas celui-là….celui de Vézénobres.
D’ailleurs, le gamin qui était parti en courant chercher le ballon, vient tout juste de me le ramener.
On n’en rajoutera pas à la colère courageuse de Patrice Lignon, qui, sur le coup d’une éventuelle rancune de Joël aurait pu se retrouver sur le terrain dans les secondes qui suivaient.

Julien continuait à faire danser la défense canautiéroise (le chacha) et manquait par deux fois d’accrocher un ballon fusant comme un suppositoire entre les mains d’un oléiculteur.
On se dirigeait tout droit vers un défaite cruelle (oui, je sais j’exagère mais ça fait mieux) quand tel Tornado, le cheval fougueux, Joël s’élançait balle au pied, coté gauche.
Patrice Banfi, tel Bernardo faisait une multitude de signe pour expliquer…rien, mais pour faire croire qu’il expliquait ce qu’il allait faire croire qu’il n’allait pas faire.
Et là, Bernardo, mit son habit de Zorro, et sauva le peuple mexicano-cruscourois d’un coup franc cadré qu’ont regardé passer prés de cent vingt joueurs avant de le voir mourir au fond des filets.
1 à 1
Ne respectant pas la moindre minute de silence, ses coéquipiers se sont jetés sur Peppone, certains célébrant le héros du jour de curieuse manière, puisqu’il faut bien avouer qu’il est rare de voir un buteur se faire tacler par derrière par l’un de ses propres équipiers.

Sur l’engagement, Thomas Bonillo récupérait son 237eme ballon, servait Samir qui transmettait à Sylvain, qui comme un grand, filait au but et frappait, à la surprise générale, avant même d‘être arrivé sur la ligne de but.
Le goal de Canaules s’imposait avec brio et permettait aux deux équipes de se quitter bons amis sur ce score de 1 à 1.

Remarquable match des deux équipes : de l’engagement, de la technique, du jeu, et il est bien difficile de sortir une individualité du groupe tant chacun a fait preuve de beaucoup de qualités.
A noter aussi l’excellent arbitrage de monsieur Beddour.

Prochaine rencontre, le 4 mai à 15H00 sur le terrain de Sauve pour un match sans autre pression que celle de prendre du plaisir.
Sauve est classé cinquième et aura certainement également à cœur de se faire plaisir , on peut donc s’attendre à un match ouvert entre les deux équipes en cette fin de championnat.

17/04/2008

DIMANCHE 13 AVRIL 208

Fier de ses couleurs...

L’équipe 2 du FCCLB faisait le court déplacement à St Bauzely avec l’effectif très réduit de onze joueurs mais n’en nourrissait pas moins de belles ambitions.
Le début de la rencontre était relativement équilibré entre deux équipes jouant dans un excellent esprit, certains passant même beaucoup de temps à nouer des liens amicaux avec les spectateurs présents sur le bord du terrain.
Et alors qu’on s’acheminait vers un score nul et vierge à la mi-temps, c’est le toujours exemplaire Fred Rouviere qui ouvrait la marque sur corner, et c’est d’une tête appuyée qu’il catapultait le ballon au fond des filets.
1 à 0
À la mi-temps, les choses étaient donc plutôt bien engagées et ce n’est pas l’égalisation au retour des vestiaires qui décourageait les cruscourois.
1 à 1
Bien au contraire, les hommes d’Arnaud Bestel remettaient le couvert, et c’est Jonathan qui doublait la mise sur un lob parfait et plein de sang froid qui redonnait l’avantage à nos couleurs.
2 à 1 pour le FCCLB.
Hélas la lanterne rouge n’était pas décidée à s’éteindre et c’est sur une action pas forcement lumineuse que le buteur de st Bauzely brillait à nouveau et assombrissait le ciel cruscourois.
2 à 2
C’est finalement ce ciel qui finissait par tomber sur la tête de Romain et ses compères lorsqu’un troisième but venait faire trembler les filets des buts gardés par Sébastien.
3 à 2 pour St Bauzely et il était dit que les cruscourois boiraient le calice jusqu’à la lie quand Christophe Bonello armait une frappe que tout le monde voyait terminer sa course au fond des buts adverses…C’était sans compter sur une incroyable détente du gardien qui sortait le ballon au prix d’une horizontale à faire pâlir un des plus beaux exemplaire de Don Eduardo Miura.
Le score en restait là et les joueurs des deux équipes passaient à la troisième mi-temps où le « sort » allait forcément être plus favorable à nos couleurs.

...et fier de ses joueurs

Quant à l’équipe première, on passera encore plus vite sur une rencontre jouée dans des conditions déplorables.
En résumé toutefois, l’équipe a fourni une belle rencontre face à l’une des trois équipes luttant pour la montée à l’étage supérieur qui s’appuie sur un avant centre de grande qualité.
Après avoir été menés, les joueurs du FCCLB, revenaient dans la partie sur un coup franc bien frappé par le capitaine Deleuze et habilement suivi par Patrice Lignon.
La reprise « pure, d’une haute portée technique et emplie de roublardise » de Patrice, trompait le portier de Ledenon et ramenait les cruscourois à deux buts à un à la mi-temps.
Dans ce bon match d’ensemble, on notera la grosse partie de Thomas Bonillo et également l’énorme match de Julien Garcia à la pointe de l’attaque.
On notera aussi que l’équipe a continué à pousser avec beaucoup de volonté et parfois aussi avec un certain talent.
On notera enfin le dernier but de Ledenon qui viendra s’ajouter à la collection de buts « venus d’une autre planète » encaissés dernièrement.

Enfin,on notera que si le coach de l'equipe premiere a pu une fois de plus se dire qu'il avait de la chance de posseder un groupe de qualité et composé de joueurs attachants,il est clair aussi que ce club possede en Richard Paveyranne,un president dont chacun peut être fier.
Tous les clubs n'ont pas cette chance...

Les deux équipes du FCCLB joueront une carte importante ce week end avec la double confrontation face aux deux équipes de Canaules.
Une fois encore, il faudra faire preuve d’envie et de patience pour venir à bout de joueurs ayant posé beaucoup de problèmes à nos couleurs au match aller.

09/04/2008

DIMANCHE 6 AVRIL 2008

Defaite un peu difficile à avaler pour l equipe reserve qui vient cependant d'encaisser 6 buts en deux rencontres sans en rendre un seul.
Cette fois,la qualité du terrain ne pouvait être mise en cause mais il et vrai que l'adversaire qui se presentait offrait un tout autre visage que celui affiché lors du match aller.
C'est pourtant Sebastien Alegre qui offrait en pivot à Olivier l'occasion de s'illustrer le premier,d'une frappe qui passait à droite des buts gardés par le portier de St Julien.
On jouait la dixieme minute.
Dans le prolongement c'est le second du championnat qui s'illustrait en allant toucher le haut de la transversale de Jean Luc sur une frappe de son trés technique n°8.
Quatre minutes plus tard,et à la suite d'un corner,repoussé une premiere fois par la defense adverse,Dorian,à l'affût à l'angle de la surface de réparation,reprenait le ballon de l' exterieur du pied droit.
Un ballon que sortait de la tête un defenseur qui,pour le coup,suppléait opportunément son gardien visiblement battu.
Passé le quart d'heure de jeu,un centre pourtant anodin,venu de la droite,obligeait Jan Luc à se detendre pour devier le ballon sur sa transversale...le meneur de jeu de St Julien suivait au second poteau pour ouvrir la marque en faveur des visiteurs.
0-1 à la dix septieme minute.
Le jeu restait toutefois équilibré sans que les cruscourois ne réussissent à inquieter le portier cevenol.
Et c'est sur un coup franc peu evident qu'arrivait le second but,le rebond consécutif à la frappe de celui ci,trompant malencontreusement l'infortuné Jean Luc.
0-2 à la demi-heure de jeu.
On craignait le pire pour les locaux lorsqu'à la 41eme minute,un centre coté droit trouvait parfaitement l'avant centre de l'ASSJR,qui,heureusement,décroisait trop sa tête.
Pas le temps de souffler,et sur le degagement en 6 metres qui suivait,l'avant centre encore,armait une lourde frappe que captait pourtant Jean Luc au prix d'une belle detente.
La mi-temps survenait sur le score de 2 à 0 en faveur des visiteurs et on se demandait comment les locaux allaient pouvoir réagir.

D'autant que la reprise offrait la premiere occasion aux joueurs de St Julien les Rosiers,sur une frappe au second poteau trop enlevée pour esperer attrapper d'autre lucarne que celle de la navette spatiale en orbite autour de la terre.
La suite etait un enchainement d'occasions de part et d'autre,Jonathan,JC,Olivier,Christophe,s'essayant en vain à tromper le gardien adverse du coté cruscourois.
La plus franche occasion etant peut être même à mettre au credit de Joel qui ne parvenait malheureusement pas à cadrer sa frappe sur un excellent service de Stephane Lorieux.
Le troisieme but de St Julien devenait quasiment anecdotique en fin de partie,punissant une equipe reserve qui s'etait plutôt bien remise dans le sens du jeu mais confirmant l'A.S.St Julien à sa place de second du championnat de promotion de seconde division dans ce groupe B.

Le week end prochain,l'equipe reserve se deplacera à St Bauzely,lanterne rouge du championnat,mais
dont l'attaque est à ce jour plus prolifique que celle de Joel et ses coéquipiers.
Attention donc,à ne pas partir en territoire conquis d'avance.

Résumé de la rencontre opposant l'equipe de promotion de premiere division à son homologue de l'A.S.Vaunage.

En attendant,voici le classement aprés cette journée,et avant les 16 points qui restent à distribuer lors des 4 dernieres rencontres...Soit 16 points.
Petit rappel pour ceux qui n'auraient pas encore compris: l'equipe de Codognan vient de remporter son dernier match sur le score de 4 à 2...contre Ledenon,qui joue,elle,la montée et prochain adversaire du FCCLB.

8 Cruviers Lasc 38 18 6 2 10 0 25 32 0 -7
9 Sommieres Us 2 35 18 5 2 11 0 24 37 0 -13
10 Canaules Usa 34 18 6 2 10 0 13 26 3 -13
11 N. Cheminots 2 28 18 3 1 14 0 16 53 0 -37
12 Codognan So 2 27 18 3 0 15 0 24 49 0 -25

04/04/2008

DIMANCHE 6 AVRIL 2008

Le FC CRUVIERS LASCOURS BRIGNON reçoit à 13H00 pour le compte de la 18eme journée du championnat de promotion de seconde division,l'equipe de St Julien les rosiers,dauphin du leader Blauzacois,au stade Jean Paveyranne.
à l'aller les banlieusards alesiens s'etaient imposé 2 à 0 au terme d'un match valeureux de nos joueurs.


Peu aprés,la 18 eme journée du championnat de promotion de premiere division mettra aux prises l'equipe premiere du FCCLB à celle de l'entente Vaunage A.S.qui s'etait imposée à l'aller 1 à 0.
Le match aura lieu au stade Jean Paveyranne à 15h00.

DIMANCHE 30 MARS 2008

Dés que le vent soufflera,je repartira,dés que les vents tourneront nous prendrons des cartons....tananaParoles et musique Renaud ou presque...

La première se rendait à Ledignan pour y rencontrer,outre le vent, l équipe locale qui se trouve à ce moment là à égalité de points ; Rapidement, on se rend compte que la défaite subie en terre cruscouroise à l’aller était restée dans les esprits ledignanais.
Il faut dire que les quatre buts encaissés ont fait plus mal encore aux esprits que les deux tacles par derrière subis par Patrick Amblard d’entrée de match.
Probablement plus mal que le but encaissé par nos joueurs consécutivement à une faute « oubliée » sur Yoan Poudevigne.
1 à 0 après une grosse vingtaine de minutes au cours desquelles, le moins qu’on puisse dire,la sérénité ne s’était pas invité. Les locaux revanchards et provocateurs s’opposaient à nos joueurs, pas exempts d’un manque de maîtrise nerveuse et de « roublardise », pas aidés il est vrai par un arbitrage assez laxiste, voir permissif.
C’est ainsi qu’à la demi heure de jeu, un hors jeu flagrant permettait dans l’ordre : à l’attaquant ledignanais de marquer, au juge de touche ledignanais de ne pas lever son drapeau, à ce même « juge » de narguer les défenseurs cruscourois en leur expliquant tout sourire qu’il les avait « baisés ».
Pas joli joli et pas de nature à apaiser les tensions mais ça faisait quand même 2 à 0.
Pourtant, dix minutes après son entrée, Patrice Banfi obtenait un penalty pour cette faute commise dans la surface de réparation…que l’arbitre décidait de transformer en coup franc en dehors de la surface !?!?
Patrick Amblard décidait de le frapper, prenait son élan (pas de conclusion hâtive, il a pris du recul et non pas, pratiqué un acte de zoophilie avec cet animal communément visible en terres canadiennes), et mettait une frappe de mule (pour être fidèle à la tête du même nom).
Le ballon percutait le dessous de la barre transversale, l’arrière de la ligne de but, pour rebondir une trentaine de mètres plus haut, histoire de donner une idée de la puissance du tir Amblardien (néologisme prochainement adopté par le Petit Larousse et visible dés à présent dans toutes les bonne librairies).
2 à 1 à 8 minutes de la mi-temps, les verts vêtus pour l’occasion de violet revenaient dans le match sans résister toutefois aux tentatives de déstabilisation adverse orchestrées de main de maître par le capitaine ledignanais.
La mi-temps intervenait sur ce score et permettait aux équipes de se calmer dans leurs vestiaires respectifs, à l’arbitre de boire un thé chaud dans « son » vestiaire.
Le retour sur le terrain en faisait voir de toutes les couleurs : Les verts et les violets se faisaient des bleus, l’arbitre leur donnait des jaunes (des cartons pas du pastis), et Patrick réussissait même l’exploit d’en prendre trois dans la même rencontre.
Coté football, beaucoup de déchet technique mais de l’envie.
Les ledignanais procédaient désormais essentiellement en contre et subissaient la pression cruscouroise sans que les joueurs de l’équipe du capitaine Gerevini n’inquiètent réellement le gardien local.
Dans ces conditions, difficile d’espérer recoller au score, et ce, malgré un passage en revue de la défense adverse par Mathieu Maurin, qui après s’être défait habilement de trois opposants, ne parvenait pas à trouver le cadre.
La défense passait à trois après la sortie de Stéphane Lorieux, auteur d’un bon match, et Alexandre Parant rentrait à nouveau mais montait d’un cran pour tenter d’arracher le match nul qui aurait permis de ne pas laisser à l’adversaire du jour le bénéfice des 4 points.
Mais malgré une invasion du camp ledignanais et un bon contrôle des rares contres par la défense, rien n’y fit.
Défense au sein de laquelle on aura noté l’excellent match de l’inhabituelle paire axiale Jeremy Mansart/Thomas Bonillo.
Dans un registre différent,bonne partie également des deux Patrice,Banfi et Lignon,auteurs d’un match efficace et maîtrisé ;Etrange après midi que celui du milieu de terrain qui est à créditer d’un bon match individuellement mais aura manqué de la cohésion ayant fait sa force ces derniers temps.
Devant, Mathieu Maurin s’est beaucoup dépensé et on regrettera que Julien Garcia n’ait pas plus tenté sa chance.
Quant au capitaine du jour, le gardien Yannick Gerevini, il ne pouvait rien faire sur les deux buts encaissés et a été l’auteur d’une grande intervention par mi-temps.
Défaite 2 à 1, donc, et une réaction attendue dés ce dimanche face à l’entente Vaunage, malgré l’absence de pièces importantes de l’équipe pour des raisons aussi valables pour les unes que stupides pour d’autres.


L’équipe réserve se déplaçait en terres Lussanaises pour tenter de poursuivre la bonne série initiée début 2008.
L’arrivée sur le champêtre terrain de l’équipe de Lussan (quel mérite de jouer sur un si difficile terrain toute une saison !!) ayant été tardive, vous excuserez le résumé succinct qui en découle.
Malgré une bonne première mi-temps, les cruscourois ne réussissaient pas à concrétiser les occasions de buts et atteignaient la pause sur le score nul et vierge de 0 à 0.
Dés le début de la seconde période, les locaux mettaient le pied sur le ballon et avaient la main mise sur le jeu. L’actif numéro 10 et capitaine orientait admirablement le jeu lussanais et ce qui devait arriver arriva…dans le dernier quart d’heure.
1 à 0, puis 2 à 0 et enfin 3 à 0 en l’espace de 15mn.
Les rares occasions cruscouroises n’ayant pas été transformées en but, la défense a fini par plier malgré un très bon match d’ensemble.
Dans les difficiles conditions techniques évoquées auparavant, on aura apprécié malgré tout la facilité balle au pied du trio Joël/Olivier/Jeremy qui face à un milieu défensif adverse très compact n’aura cependant pas pu permettre aux attaquants de briller.
Défaite quasi anecdotique pour la réserve qui va devoir mener une nouvelle lutte face à l’équipe de st julien les rosiers dimanche prochain au stade Jean Paveyranne à 13h00 .